Skip to main content

Bertrand Duperrin's Library tagged informationgovernance   View Popular, Search in Google

23 Apr 12

"Définir de façon précise et universelle ce que l’on entend par gouvernance de l’information prendrait des mois car chaque personne est susceptible d’avoir une perception très personnelle, très intime de ce terme. Nous avons donc décidé de prendre une voie plus simple, qui s’inscrit d’ailleurs dans l’ADN même de ce qu’on appelle la gouvernance de l’information :"

  • La gouvernance de l’information est une discipline « simplement » complexe, une approche analytique mènerait à une consommation d’énergie faramineuse. Un raisonnement systémique permettrait de suivre les phases de changement humaines, et de travailler par couches de plus en plus fine.
  • L’information est à considérer comme étant indépendamment un document papier, un document numérique, un élément ou ensemble d’une base de données, un flux transactionnel, une vidéo, une bande sonore, une photo, un commentaire, un email, une note donnée à un article, un échange de messagerie instantanée, etc. Tout ce qui a une valeur pour au moins un membre de l’organisation à un moment donné.
  • Une démarche globale de gouvernance de l’information provoque très souvent un changement. Or tout changement s’accompagne d’une remise en cause. Et toute remise en cause consiste en partie à « détruire » une perception, ou une idée préconçue. Accepter une remise en cause est le premier pas vers une meilleure maîtrise de l’information.

2 more annotations...

11 Jan 12

"La gouvernance de l’information, c’est un peu comme l’entreprise 2.0 (et ce n’est pas un hasard) : on en parle beaucoup, mais on la “réalise” peut être un peu moins !

La gouvernance de l’information est un élément indispensable à la construction de l’entreprise de demain car elle est déterminante pour la CONFIANCE.

Pour beaucoup, la gouvernance a été jusqu’alors une stratégie de défense, de protection et les mises en oeuvre de solutions ont été principalement faites pour répondre à des litiges !
C’est peu dire que la gouvernance n’est pas encore directement “intégrée” dans notre quotidien !"

  • la gouvernance de l’information doit être réfléchie principalement en tant que soutien aux affaires et non pas seulement comme une stratégie de défense décidée par les “risk managers” et les directions juridiques.
    • Dans le contexte plus concret du quotidien des organisations, cela oblige, pour autant qu’on le veuille, à un certain nombre de “nouveautés”, à savoir :

       
         
      • rendre la “prise de décision” plus facile et transparente,
      •  
      • définir clairement les rôles et les responsabilités,
      •  
      • décider de “règles” (guidelines) à propos des contenus partagés et générés par les “utilisateurs” (versus ceux générés au niveau des applications d’infrastructure)
      •  
      • et ,, pouvoir “quantifier” les coûts de la non conformité des informations par rapport aux “règles” métiers (usages) ce qui implique de pouvoir disposer d’indicateurs clairs et pertinents pour le “business”.
25 Jan 11

"Firstly, we released a white paper by noted futurist and change agent Geoffrey Moore on Systems of Engagement and the Future of Enterprise IT. The report posed some challenging questions about the world of Systems of Record. It reflected on the ground that we have all been tilling for the ast 20 years and its connection (or some would speculate, lack thereof) to the new world of Systems of Engagement, aka Social Business aka Enterprise 2.0 (so as not to offend any of the legions of consultants who are currently battling over the right term).

Secondly, I spent a good deal of time with a reporter from a major business publication who was interested in the rumors that a major bank (speculation was Bank of America or J.P. Morgan or Citigroup) was the next Wikileaks target. One of the issues we discussed was what this meant for the future of social media. Other than, of course, the obvious conclusion that one should be very suspect of anyone in your organization lip synching to Lady Gaga, who has the largest Twitter following in the world -- 7,829,385 followers."

  • But all this social information and content is something that needs management and governance. I hate to even say this, for fear it may put me in the not cool part of the social crowd. Probably the adult version of the crowd I hung around in when I was an all-state bass clarinetist in high school.
  • But sooner or later, we are going to have to getting serious about how we want to manage social content. Because the tension to keep it all (to improve the knowledge base of the organization) vs. the tension to get rid of it all as quickly as possible (to keep the lawyers at bay) is going to escalate quickly. This content is valuable to the business. This content is most likely not a record in the ARMA sense (although some might be). But it is electronically stored information in the FRCP (Federal Rules of Civil Procedure) sense. And for organizations that do "social" well, there will be a hell of a lot of it.
  • Firstly, even though the Wikileaks cable fiasco really had nothing to do with social technologies and had everything to do with the usual caution that the weakest link in our security systems are our people, it will inevitably give ammunition to those ill disposed toward social technologies in the first place

5 more annotations...

1 - 3 of 3
20 items/page

Highlighter, Sticky notes, Tagging, Groups and Network: integrated suite dramatically boosting research productivity. Learn more »

Join Diigo